Foot...ez moi la paix!

Samedi soir, j'ai eu la bonne idée de proposer à mon chéri et deux amis d'aller manger au restaurent indien place Clichy, me disant qu'on y serait tranquils étant donné que la France entière va vibrer devant sa TV ou celle des pubs pleins à craquer de supporter déchainés pour le match France/Brésil. Hélas même le plus sympa des restaus indiens n'a pas échappé à la folie du ballon rond! Oh rage! Oh désespoir! Un drapeau français flotte à l'entrée et un gros écran de télé diffuse le match dans le restau!!!!! J'ai bien cru que mes 3 comparses allaient me tuer! Nous avons du parler très fort et même nous arreter de parler au but de la France, heureusement qu'il n'y a eu qu'un but et peu d'intervention de l'arbitre, on à quand même pu tenir une conversation à peu près normal... La nourriture étant comme d'habitude délicieuse se qui rattrapait l'ambiance foot...
Mais le pire était devant nous... Dans la rue: klaxons et braillements. Dans le metro: beuglements, quai blindé et 10 minutes d'attente pour le metro si il arrete de bloquer à toutes les stations. nous décidons donc d'aller à saint Lazare à pied où nous pensons avoir plus de chance avec le RER E. Sur le trajet nous nous interrogeons sur ce besoin étrange de klaxonner pour communiquer ça joie...
Arrive sur le quai du RER E, on apprends que la moitier des trains sont annulés car en plus du foot et de la connerie humaine qu'il génère chez ses supporters, il y a un "mouvement social" sur la ligne E...
Bref on a pris le taxi... Zidane va-t-il me rembourser les 10 euros déboursés pour pouvoir retrouver ma tanière après ses "exploits"? Je ne crois pas...
Une fois chez moi, j'ai beau me coucher, fermer les yeux, pas moyen de dormir... le Klaxon est plus resistant que moi...
Alors quand j'ai lu ça:
"NICE (Reuters) - Un forcené excédé par les cris de joie des supporters de l'équipe de France qui fêtaient la victoire contre le Brésil a fait feu sur la foule dans un village du sud, blessant deux personnes, avant d'être tué par un gendarme, apprend-on à la gendarmerie.Le drame s'est produit dans la nuit de samedi à dimanche dans le village du Cap d'Ail (Alpes-Maritimes), situé non loin de Monaco.Le forcené, excédé par le bruit, est sorti de son domicile et a immédiatement ouvert le feu au hasard. Deux personnes ont été blessées, dont une femme qui, touchée à la tête, a été hospitalisée dans un état sérieux.Prévenus, les gendarmes arrivés sur les lieux ont fait face au forcené qui les menaçait d'un sabre, a raconté la gendarmerie. Un des gendarmes a fait feu sur l'homme "après les sommations d'usage", a-t-elle ajouté.Une information judiciaire devrait être ouverte dès lundi prochain. Le gendarme qui a tiré a été entendu par les enquêteurs. La gendarmerie estime que la thèse de la légitime défense doit être retenue.Selon les premiers éléments de l'enquête, le forcené aurait été en état d'ivresse au moment des faits. "
Je me suis dit "je comprends cette homme" (même si je n'en suis pas encore au point de tirer sur des gens), j'ai souris. Et puis non finalement ça ne me fait pas du tout sourire, un homme est mort, deux personnes sont blessées. Et pourquoi, hein pourquoi?
Aimez le foot si vous voulez mais respectez notre tranquillité