Un tramway nommé... Tideland?!

Mercredi soir j'avais organisé une petite soirée théâtre rue Mouffetard. J'ai envoyé un mail pour convier mes amis à venir voir "Un tramway nommé désir" de Tennessee Williams. J'ai eu envie d'aller voir cette pièce car j'ai adoré "la ménagerie de verre" du même auteur. Comme à chaque fois que j'envoie des mails pour proposer une sortie, une minorité de personne m'a répondu(répondre à une invitation fait partie des bases de la politesse...mais je vous aime quand même va!), et que des réponses négatives sauf pour Marion (la même que j'ai emmené au restau un soir de match...). Heureusement finallement qu'il n'y avait qu'elle...sinon je serais sans doute morte linchée par les miens.
Explications: 1- J'organise encore un truc un soir de match!!!!
2- La rue Mouffetard est pleine de footeux et de drapeau tricolore!!!
3- La pièce ne se joue plus depuis le 25 juin comme on peut le lire en bas de l'affiche!!!
4- Le théâtre est fermé pour l'été, pas moyen de se rattraper sur une autre pièce!!!!
Je tiens à m'excuser mille fois au près de Marion que je traîne souvent dans des plans galères et qui réagit toujours avec le sourir, voir même le fou-rire! Tu es une fille formidable (surtout quand on sait que tu as mis 1h30 de train + metro pour venir!)
Nous nous sommes donc rabattues sur une séance de cinéma: "Tideland", le dernier Terry Gilliam.
Jeliza-Rose est la fille de deux toxicos. Elle a une relation privilégiée avec son père, et quand sa mère meurt d'une over-dose, ils partent tous les deux pour la maison de sa grand-mère. La vieille baraque est en piteux état et la père de Jeliza-Rose aussi... Mais l'étrange petite fille ne manque pas d'imagination pour s'occuper et les personnages étranges qu'elle rencontre (ses voisins) ne font qu'alimenter ses rêveries fantômatiques.
La réalisation est magnifique, le scénario hors du commun la jeune actrice Jodelle Ferland (Silent Hill) troublante. On baigne dans une atmosphère à la fois féérique et glauque. On reste tendu et mal à l'aise à l'idée de comment pourrait se finir chaque scène... Mais Gilliam s'arrête toujours avant de basculer vraiment dans le mal sain, il sait où sont les limites, et il les exploite très bien. Un film trouble et troublant. L'un des meilleurs films 2006.

5 commentaires:

  1. Tu noteras que je t'ai répondu!! Bah non je pouvais pas, mais j'aurais pu venir vu que j'ai pas fermé l'oeil de la nuit suite à ce p#"'(-**n de match... Relou les footeux.

    RépondreSupprimer
  2. (suite) bon rattrapage! Rien ne vaux un bon Terry Gilliam!

    RépondreSupprimer
  3. gusgus HC9/7/06 01:10

    Pour ma part, ça m'a sorti un peu: je faisais la fermeture, je suis parti du boulot à 20h45, tout triste à l'idée de louper une pièce. Finalement, plutôt que de passer la nuit devant mon écran d'ordi je me suis fait une toile. Le film est génial, il détrône Lord of War dans mon coeur pour le film de l'année. Mais vraiment très malsain. Jodelle Ferland enchaine deux films glauques, elle va être cataloguée, un peu comme Christina Ricci après la Famille Adams... A ses parents de gérer sa carrière.

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi je t'aime, tu es ma copine de galère préférée!! Et puis nos fous rires me manqueraient si on faisait pas autant dde bourdes toutes les 2!!
    En tout cas ce film était vraiment sympa et surtout très bien controlé par le génial Terry Gilliam, on avance sur un espèce de fil et il suffirait de pas grand chose pour tomber dans le malsain!! Donc finalement bon bilan et bonne soirée!

    RépondreSupprimer
  5. Avec Terry Gilliam on est en général sûr de pas se tromper... un peu comme avec Tenessee Williams (quand on lit les affiches en entier ^^)
    Voilà donc un film qui vaut le coup d'être vu, c'est noté !

    RépondreSupprimer